Immobilier

SCPI, le complément de revenus qui séduit les seniors

Les revenus baissent au départ à la retraite, ce qui amène de plus en plus de seniors à souscrire à ces fameuses SCPI, les sociétés civiles de placement immobilier. Ces véhicules de placement présentent en effet de nombreux avantages et sont parfaitement adaptés à tous types d’investisseurs, y compris les retraités.

Mentor, Grise Blazer, Chemise Blanche

Des compléments de revenus issus de l’immobilier

Rappelons avant tout qu’une SCPI, c’est de l’immobilier dont les atouts sont pluriels :

  • une gestion prise en main par un spécialiste : le senior n’a pas besoin de supporter les contraintes issues de la gestion de l’immobilier physique. Exemple : l’acquisition, la mise en location, l’entretien, la gestion du bail, le recouvrement des loyers, la remise en vente
  • des revenus locatifs sécurisés : l’opérateur en charge de la gestion a mis en œuvre une série de mesures destinées à sécuriser les loyers. Exemple : choix de la typologie de l’immeuble et de son emplacement, choix des locataires, constitution d’une poche de réserve
  • une extrême diversification : investir en SCPI, c’est devenir propriétaire d’un parc immobilier composé de divers types de biens : neufs, anciens, à usage résidentiel et professionnel. De plus, ceux-ci sont répartis dans plusieurs régions, voire plusieurs pays, afin de tirer profit des potentiels issus du marché de l’immobilier pour chacun d’eux.

L’immobilier : un actif sûr

À la différence des autres produits de placement tels que ceux du marché boursier ou encore les autres actifs tangibles, l’immobilier demeure un placement sûr et au rendement stable. Il est qualifié de valeur refuge car résiste aux crises économiques et politiques de tous les temps. Son cours est stable et sa valeur augmente au fil des ans. L’immobilier a d’ailleurs fait preuve d’une excellente résilience face à la crise sans précédent que le monde traverse actuellement.

Investir en SCPI pour les seniors

Du point de vue prise de risque, il est recommandé au senior de limiter toute exposition à d’éventuelles pertes en capital. En effet, celui-ci n’a plus assez de marge de manœuvre pour couvrir toute perte puisqu’il ne devra compter que sur sa retraite et sa pension, et éventuellement sur d’autres sources générant des rentes viagères.

Le senior devra alors de préférence consulter un conseiller en gestion de patrimoine qui lui recommandera la SCPI à souscrire en fonction de son profil. Ce dernier tient compte de la situation financière de l’investisseur ainsi que de sa fiscalité entre autres.

Les points à surveiller pour un investisseur senior

Avant d’investir, le senior doit avant tout considérer plusieurs paramètres. Par exemple, son espérance de vie, l’ensemble de son patrimoine, la préparation de la transmission et de la succession.

Investir par rapport à son espérance de vie : le senior devra calculer précisément la durée de son prêt s’il souhaite financer l’achat de ses parts à crédit. Vigilance sur ce point car, s’il décède avant le remboursement de son prêt, ce seront ses proches qui hériteront non seulement de ses actifs mais aussi de ses dettes. Il vaut donc mieux financer les parts de SCPI cash de préférence, si l’investisseur est une personne âgée.

Investir en anticipant la transmission de son patrimoine : les SCPI sont des actifs qui peuvent parfaitement se transmettre à la génération future. Placer son argent dans des parts de SCPI est optionnel pour un senior qui possède déjà de l’immobilier physique dans son patrimoine, si celui-ci est mis en location et qu’il rapporte des revenus complémentaires de qualité. En revanche, un senior dont le portefeuille est modeste peut tout à fait souscrire à des parts de SCPI, mais toujours au comptant dans la mesure du possible. Il vaut mieux investir dans des SCPI de rendement plutôt que des SCPI fiscales, ces dernières ne pouvant être transmises aux successeurs.

Laissez votre commentaire à propos de cet article