Comment gérer son épargne sur un Plan épargne retraite PER ?

Vous avez ouvert un Plan d’épargne retraite PER pour préparer vos vieux jours ? Sachez que vous pouvez opter pour différents modes de gestion de votre épargne, en fonction de vos objectifs de rendement, tout en tenant compte de votre profil de risque. Cela si vous optez pour la gestion libre. Vous pouvez aussi maintenir le mode de gestion par défaut, c’est-à-dire que c’est l’assureur qui gère les arbitrages, et il s’agit de la gestion pilotée à horizon. Dans ce cas, la diminution progressive des risques au fur et à mesure de l’approche de l’âge de départ à la retraite est planifiée.

En clair, le mode de gestion repose sur les différentes stratégies de sélection des supports ainsi que leur répartition, c’est-à-dire en fonction des arbitrages.

Piggy Bank, Save Up, Piggy, Economical

Les supports d’un PER

Le PER répartit votre épargne sur différents supports afin de faire fructifier efficacement vos versements. C’est en effet sur la base des rendements générés par chacun de ces supports qu’est mesurée la qualité de votre capitalisation. Rappelons que ce capital final, engrangé tout au long de votre vie active, sera converti en rentes viagères afin de vous garantir des compléments de revenu jusqu’à votre décès. Ainsi, plus le rendement de votre PER est élevé, plus votre épargne donnera les meilleurs fruits.

 

La gestion pilotée à horizon

Une fois que vous souscrivez à un PER, c’est la gestion pilotée qui est activée par défaut et ce, sauf si vous demandez expressément à basculer vers le mode de gestion libre. Les épargnants ne sont pas tous en connaissance du fonctionnement, des avantages et des risques pour chacun de ces supports. C’est pourquoi, l’assureur se charge de sélectionner et de gérer les différents placements ; on parle aussi de gestion sous mandat.

Les avantages : aucune contrainte pour l’épargnant quant au suivi de l’évolution des marchés. Il confie à l’assureur le choix et la répartition de chaque support qui gardera toujours en tête un certain objectif de rendement.

La gestion pilotée tient compte du profil de risque de l’épargnant. Quant à la gestion pilotée à horizon, elle considère ce profil de risque certes, en plus de proposer trois options par défaut : le profil prudent, le profil dynamique et le profil équilibré. Cela en fonction de l’approche ou de l’éloignement de l’âge de départ à la retraite.

Exemple : des épargnants jeunes et supportant une certaine prise de risque tireront profit du profil dynamique. Ce qui leur permet de jouir de rendements élevés pendant plusieurs années afin de capitaliser efficacement. À l’inverse, pour des épargnants qui sont proches du passage à la retraite, le profil sécurisé sera activé. Les risques seront considérablement diminués afin de sécuriser l’épargne qui est sur le point d’être convertie en rentes.

 

La gestion libre

La gestion libre du PER est réservée à ceux qui sont connaisseurs en matière de placements financiers ainsi que de leurs marchés respectifs. L’épargnant choisit alors ses propres arbitrages, après analyse des atouts et des risques pour chaque support d’investissement. Notons que les PER en proposent une large gamme afin de permettre à l’épargnant de diversifier son portefeuille. Il peut s’agir de placements financiers (tels que les OPCVM, actions et obligations), de fonds d’investissements alternatifs (immobiliers, objets d’art, infrastructures et autres), d’ETF et de produits structurés.

Opter pour la gestion pilotée nécessite de s’accorder régulièrement du temps pour le suivi de l’évolution des marchés. La prise de décision est requise en cas de mauvaise conjoncture, afin de réorganiser le portefeuille et de maintenir de bons rendements sur le long terme.

 

Pour conclure, sachez qu’il est toujours possible de basculer d’un mode de gestion à l’autre, à tout moment et sans conditions particulière requise.

Suivre une formation d'acheteur en immobilier via le e-learning

Suivre une formation d'acheteur immobilier via l'apprentissage en ligne est un excellent moyen d'acquérir les connaissances nécessaires pour devenir un investisseur immobilier prospère. Avec une formation en ligne, vous aurez accès à tout le matériel dont vous avez besoin en un seul endroit pratique, sans avoir besoin de manuels coûteux ou de voyager. Vous obtiendrez des informations précieuses sur les questions liées au (former acheteur immobilier) [...]

Voici un local commercial à vendre

Lorsqu'on parle d'immobilier d'entreprise, l'un des éléments clés est le local commercial. Il s'agit d'un espace dédié à la vente ou à la prestation de services. Pour les entrepreneurs, c'est un lieu stratégique pour établir leur entreprise et atteindre leur clientèle. Le local commercial est généralement situé dans des zones où la population est dense. On peut le (vente local commercial) [...]

Peut-on retirer la totalité de son assurance vie ?

La souscription à une assurance-vie permet d’épargner pour se servir du capital à terme, ou afin de transformer les encours en rentes viagères au départ à la retraite. L’assurance-vie n’est pas bloquée, comme certains produits destinés à préparer les vieux jours, tels que le PER et les anciens contrats. Quelles sont les possibilités en ce qui concerne la sortie en assurance-vie et peut-on retirer (taux marginal d’imposition (TMI)
  • les gains ou plus-values sont également taxés
  • La sortie totale est donc recommandée uniquement en cas de besoin urgent de fonds ; ce sera plutôt la sortie partielle qui est conseillée, c’est-à-dire en débloquant le capital sur deux ou trois périodes différentes afin d’éviter d’alourdir votre fiscalité.

     

    Simuler avant de décider du montant à débloquer

    Vous simulerez votre sortie en capital afin de décider du montant maximal le plus intéressant, en tenant compte de la fiscalité. Ce dernier paramètre peut certes être déterminant dans le calcul du rendement et de la rentabilité finale de ce que vous rapporte votre assurance-vie.

    Notons que si vous bloquez vos encours jusqu’à la retraite et que ceux-ci sont ensuite convertis en rentes viagères, vous ne serez pas assujetti à ces impositions susmentionnées. À l’inverse, vous bénéficiez d’un abattement sur votre assiette imposable, à hauteur de 10% si vous êtes soumis au régime de la rente viagère à titre gratuit (RVTG).

     

    Le rachat partiel du contrat

    En ce qu’il s’agit du rachat partiel, il n’est pas non plus soumis à des conditions de blocage ou de contraintes et toute sortie est libre, à n’importe quel moment. La somme restante peut être conservée pour être de nouveau fructifiée, ou débloquée à une période ultérieure, en fonction des besoins en liquidités du souscripteur. Si les encours sont trop faibles, il vaut mieux opter pour une sortie en capital plutôt qu’une sortie en rentes.

     

    Bon à savoir

    À noter qu’un délai légal de rétractation de 30 jours calendaires est accordé au souscripteur, c’est-à-dire qu’il peut décider de fermer son assurance-vie avant l’expiration de ce délai de renonciation qui commence à courir à la signature de son contrat.

    Afin de bénéficier des avantages fiscaux, il vaut mieux détenir son assurance-vie pendant au moins 8 ans) [...]

    Les dernières publications "Immobilier"

    Immobilier